2H transports/matra-transport

Transport express paris
2H TRANSPORTS

L’agglomération  de  Lille  inaugure  la  première  ligne  son  métro,  le  VAL  pour  Villeneuve  d’Ascq-‐Lille.  C’est  une  réalisation  Matra  qui  a  remporté  en  1973  le  concours  international  lancé  par  Lille  pour  s’équiper  d’un  transport  en  commun  innovant.  Reste  à  déployer  et  à  le  prolonger.  En  1985,  Matra  Transport  International,  société  d’ingénierie  qui  deviendra  Siemens  Transportation  Systems,  puis  Siemens  Mobility  France,  décide  de  confier  la  réalisation  des  cartes  électroniques  à  Cequad,  une  entreprise  bretonne  qui  vient  juste  de  naître.  «  Il  n’a  pas  été  trop  difficile  à  Cequad  de  rentrer  dans  le  panel  fournisseurs  de  Matra  Transport  International    (futur  Siemens  Mobility  France),  petite  entité,  relativement  indépendante.  En  langage  de  2011,  on  dirait  que  c’est  une  start  up  qui  s’adressait  à  une  PME,  raconte  Guy  Hautekiet,  directeur  général  de  Cequad  depuis  2010.  Aujourd’hui,  ce  serait  plus  compliqué.  Mais  pas  impossible,  car  toute  l’entreprise,  qui  sait  allier  rigueur  et  créativité,  adore  que  les  clients  nous  demandent  de  créer  des  moutons  à  dix-‐huit  pattes.  »  Pascal  Denoël,  son  président,  renchérit  :  «  Ce  positionnement  qui  consiste  à  assurer  l’impossible  intéresse  les  grands  donneurs  d’ordres.  »      Matra  Transport  International  et  Cequad  entament  donc  un  voyage  commun  qui  les  mène  dans  tous  les  lieux  du  monde  désireux  de  s’équiper  d’un  métro  automatique  :  Chicago,  Taipeh,  Toulouse,  New  York,  Caracas,  Alger,    Roissy,  Turin  et  actuellement  Helsinki.  En  2001,  Matra  Transport  International  devient  Siemens  Transportation  Systems  (STS)  après  son  rachat  intégral  par  le  groupe.  La  coopération  prend  aussi  un  nouveau  tour  avec  la  mise  au  point  conjointe  du  CBTC  (Communication  Based  Train  Control),  rupture  technologique  dans  la  gestion  des  flux  du  trafic  des  métros.  «  Les  matériels  qui  vont  “à  bord”  et  “au  sol”  sont  des  tiroirs  dans  lesquels  sont  insérés  des  cartes  électroniques  »,  explique  Guy  Hautekiet.  Cequad  ne  fournissait  que  les  cartes  électroniques,  mais  à  partir  de  2006,  date  à  laquelle  Pascal  Denoël  fait  l’acquisition  de  la  PME,  Siemens  fait  monter  l’entreprise  en  compétences  pour  qu’elle  fournisse  le  sous-‐système  entier.  «  Aujourd’hui,  nous  sommes  fournisseur  de  rang  1,  chargés  d’acheter  les  tiroirs  vides  aux  fournisseurs  agréés  par  Siemens.  Nous  y  intégrons  les  systèmes  et  nous  testons  l’ensemble  que  nous  envoyons  à  Siemens  une  fois  intégralement  validé.  La  responsabilité  technique  est  entièrement  du  côté  de  Cequad.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *