Matra transport

Y a-t-il un conducteur dans le métro ? Concepteur de systèmes d’aide à la conduite et de pilote automatique pour rames urbaines futuristes, Matra Transport International (MTI), filiale de Siemens, transporte quotidiennement 12 millions de passagers et équipe 1 600 rames de métro à travers le monde. Connue du grand public pour son Météor (ligne 14 à Paris) et ses Val (lancés à Lille, puis à Orly et à Rennes), l’entreprise s’est fait une spécialité des métros entièrement automatisés, sans conducteur, une technologie qu’elle exporte à l’étranger (Chicago, Turin, Taipei, etc.). Sans oublier ses bus « téléguidés » (Clermont-Ferrand, Rouen) et autres tramways.  » Tout cela fonctionne à partir de cartes à puce, de bornes au sol, de logiciels, de composants électroniques et mécaniques. Autant d’équipements qui doivent faire preuve d’une fiabilité parfaite. D’où la nécessité de recourir à des procédures strictes de travail, de la conception jusqu’à la maintenance « , explique Fabienne Maillard, chef de projet à la direction informatique de MTI.Jusqu’en 1998, les équipes projets utilisent des formulaires papier et un outil de saisie manuelle peu performant, ce qui entraîne des temps de traitement des dossiers très longs. S’appuyant sur une procédure déjà définie dans le cadre de la norme qualité Iso 9001, MTI décide alors, pour commencer, de s’attaquer aux « modifications de produits ». Objectif : rationaliser les demandes concernant la modification d’un composant entrant dans un projet d’automatisme et en suivre la réalisation technique. L’entreprise doit prendre en compte un processus long et complexe (jusqu’à 30 étapes), des informations disséminées dans de multiples pays et consultées par divers départements, des intervenants désignés en cours de route, etc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *